Ouverture des commerces le dimanche : une erreur qui va fragiliser le commerce de proximité

La Maire de Paris a la responsabilité de fixer le nombre de dimanches autorisés pour l’ouverture des commerces à Paris. Ce nombre est fixé à 5 minimum et à 12 maximum.

A la surprise générale vu les déclarations précédentes, il a été proposé que ce soit le maximum qui soit retenu.

Voici la déclaration que j’ai faite au nom des écologistes lors de la séance du Conseil de Paris qui a eu à se prononcer sur ce point.

Madame la maire, mes cherEs collègues,

Les conclusions de la MIE (mission d’information et d’évaluation) sur l’ouverture dominicale ont été partagées au sein de notre majorité et elles méritent d’être rappelées.

La première est sans appel : « le repos du dimanche est un principe auquel on ne peut déroger sans raisons importantes ».

Cette déclaration s’appuyait sur une série de principes que je veux citer :

Le repos dominical est un principe essentiel de la société française, fondamental aussi bien pour la protection des salariés que pour la cohésion sociale.

Il est indispensable à la vie personnelle, familiale, amicale, sportive et culturelle.

Il faut donc des raisons puissantes pour y déroger : c’est principalement le cas pour les services ou commerces indispensables au fonctionnement de la société (sécurité, santé), pour l’alimentation et pour l’organisation des loisirs (sports et culture entre autres).

Vous nous dîtes que c’est pour des raisons économiques et sociales que vous avez choisi de porter au maximum de 12 dimanches l’autorisation d’ouvrir. Vous déclarez que face aux ZTI (zones touristiques internationales) il faut sauver le commerce de proximité, ce que nous partageons comme objectif, mais certainement pas en courant derrière la grande distribution.

Là encore, la MIE a conclu à la majorité que les effets économiques et sociaux de telles ouvertures seraient probablement négatifs :

  • effets sur les achats des résidents : la plupart des experts conviennent que le montant global des achats est déterminé par des facteurs infiniment plus décisifs que l’ouverture dominicale.
  • Le travail dominical pèse d’abord sur les femmes (70 à 80 % des salariés du commerce), et il est regrettable que les partisans d’une ouverture dominicale très élargie n’évoquent jamais cet aspect pourtant central. La conciliation entre vie professionnelle, vie familiale et vie sociale est déjà complexe pour les femmes ; le travail dominical la rend encore plus difficile. Pour celles – environ 50% – qui sont chefs de famille, la garde des enfants le dimanche grève lourdement leur budget.

Enfin la MIE a souligné que l’ouverture dominicale comportait des conséquences environnementales non négligeables :

Ni la consommation massive d’énergie (électricité, gaz, chauffage, climatisation), ni la multiplication des trajets, notamment en voiture puisque les transports publics sont plus rares le dimanche, ne nous paraissent correspondre à l’idéal de sobriété énergétique que s’est fixé Paris.

En ce qui concerne les dimanches « dérogatoires» la position de notre majorité ne souffrait d’aucune ambigüité :

 

Nous considérons que dépasser de quelques unités le chiffre actuel de 5 est envisageable, mais qu’il ne doit pas y avoir automaticité : ces autorisations, devraient être délivrées par la Maire de Paris après avis des maires d’arrondissement concernés.

En choisissant d’aller au maximum prévu par la loi, vous ne vous inscrivez pas dans les conclusions et recommandations de la MIE.

Vous vous trompez en croyant sauver le petit commerce de proximité en développant les ouvertures dominicales. Les coûts pour ces petits commerces seront proportionnellement bien supérieurs à ceux des grandes enseignes ou des chaînes et cela se traduira en réalité par une accélération de la fragilisation du petit commerce.

L’APUR a d’ailleurs publié lundi 7 novembre une nouvelle étude sur le commerce de proximité mettant en évidence les carences et fragilités du petit commerce qui n’ont pas grand-chose à voir avec l’ouverture dominicale. Peut-être faudrait-il demander à l’APUR de poursuivre ses travaux en intégrant spécifiquement cette dimension afin de ne plus avoir des discours convenus sans base indiscutable.

Pour les écologistes, la fin est dans les moyens. Affirmer qu’il faut sortir du tout consumérisme et de l’avoir au profit de l’être et du vivre ensemble, doit se traduire en acte.

Or nous assistons jour après jour à une volonté de toujours favoriser l’activité purement commerciale au détriment des activités culturelles, sportives, de loisirs.

Ce même gouvernement qui promeut les ZTI au motif qu’il s’agirait de favoriser les touristes ne dit et ne fait rien pour les musées nationaux toujours fermés le mardi. On voit bien où sont ses priorités, sa vision de la société, son tropisme vers le passé.

J’ajoute qu’en ce jour funeste pour les Etats Unis et bien au-delà pour l’avenir de notre planète, ce n’est pas l’incantation à l’alignement inconditionnel du 1er secrétaire du PS de l’ensemble des forces progressistes qui ouvre des perspectives positives. De même ce n’est pas l’alliance avec la droite sur des sujets aussi importants que ce dossier ou la privatisation des services publics qui redonnera confiance à celles et ceux qui sont tentés par le vote protestataire.

 Madame la Maire, vous avez jusqu’à présent su vous préserver de cette vision rétrograde de la société en prenant en compte toutes les composantes de votre majorité.

Nous vous demandons de résister encore et de ne pas aller au-delà des 5 dimanches de droit pour les commerces.

Vous comprendrez Madame la Maire qu’en l’état vous nous invitez à voter contre cette délibération qui va à l’encontre de ce que votre majorité défendait il y a quelques mois.

C’est ce que nous allons faire.

Législatives à Paris, pourquoi je suis candidat

Voici la lettre que j’ai adressée aux adhérentes et adhérents des 13ème et 14ème arrondissements de Paris sur lesquels se trouve la 10ème circonscription de Paris.

Chères amies, chers amis,

Je souhaite vous présenter ma candidature pour les élections législatives dans la 10ème circonscription de Paris afin de porter haut et fort les valeurs de l’écologie qui nous rassemblent. 

Je serai le député de toutes celles et ceux qui font avancer les solutions écologiques et changer la vie quotidienne, qui s’attèlent à la transformation de notre société, à réduire les inégalités et les atteintes aux équilibres et ressources naturels de la planète.  La révolution écologique dont nous avons besoin protège, transforme, améliore

Mon ambition pour la campagne repose sur l’enthousiasme collectif, le même qui a fait la force d’Europe écologie – les Verts en s’adressant aux citoyenNEs pour démontrer combien l’avenir est porteur d’espoirs et de bien être dès lors que les représentants politiques prennent leurs responsabilités, impulsent de nouvelles dynamiques et mettent en correspondance leurs paroles et leurs actes.

Les  forces vives  de notre  territoire  constituent une énergie incomparable. Ensemble, habitantEs, associations, entrepreneurEs, acteurs et actrices de l’économie sociale et solidaire, inventeurEs du monde de demain, de ses réseaux, ses nouveaux métiers nous faisons face à un défi aussi important qu’enthousiasmant.

Elu dans le 13è arrondissement depuis 2008 et ayant longtemps habité le 14è, je connais le terrain comme ma poche !

Adjoint au maire de Paris entre 2001 et 2008, je sais l’importance des éluEs motivés, déterminés, capables de porter sans relâche le projet écologiste. J’ai ainsi construit et fait voter à l’unanimité le premier Plan Climat de Paris qui contribue à transformer en profondeur notre ville et notre vie.

Je vous propose de partager largement ma candidature pour lancer une vraie dynamique afin que la 10è circonscription reste un territoire d’écologie et que nous soyons les plus nombreux-ses possibles à la porter. 

Je suis à votre disposition pour échanger car c’est collectivement que nous aurons le plaisir d’une campagne que je souhaite festive tout autant que déterminée.

Bien amicalement,

 

Roland Garros : la FFT de plus en plus hors du match !

Le tribunal administratif de Paris a rendu aujourd’hui une décision historique concernant le projet de destruction du jardin des serres d’Auteuil par la Fédération française de Tennis.

Le Tribunal a donné droit aux héritiers de JC Formigé dénonçant l’atteinte à l’œuvre de leur ascendant qui a réalisé les superbes serres du Jardin.

Non seulement le tribunal reconnait que les serres que la FFT veut démolir ont été conçues comme un complément aux serres historiques mais de plus il souligne la violation manifeste du droit en matière de protection des sites classés.

Je me félicite de cette décision qui conforte le point de vue des associations et des éluEs écologistes qui demandent depuis des années qu’un projet alternatif soit étudié sérieusement.

L’entêtement de la FFT, le refus de prise en considération des nombreuses remarques sur le projet, la volonté de passer en force sont stoppés par cette décision.

Ce grand projet inutile et imposé vient s’ajouter à ceux de Notre Dame des Landes et du barrage de Sivens, et démontre qu’il n’est plus possible de mépriser les acteurs locaux et les défenseurs des biens communs.

Il est plus que temps que la FFT renonce à ce projet et accepte enfin le dialogue proposé par les associations et éluEs écologistes.

 

Déchéance ou résistance. Christiane Taubira peut et doit faire le choix de la victoire.

Chère Christiane Taubira,

Depuis l’élection de François Hollande, vous représentez au sein des Gouvernements, une des paroles fortes qui forcent le respect car vous y affirmez avec détermination vos valeurs profondément démocratiques, reposant sur une conception moderne de la justice, humaniste, novatrice et emprunte de la volonté de donner ou redonner à chacun et chacune une nouvelle chance.

Cette vision a suscité et suscite encore des réactions violentes à votre encontre, notamment de la part des conservateurs de droite et de gauche, et plus encore des ennemis d’une justice républicaine, je veux parler de l’extrême-droite et du FN.

A chaque attaque dont vous avez fait l’objet, vous avez su répondre avec la hauteur de pensée qui vous caractérise, sachant ne rien céder sur le fond, avec des mots qui nous rendaient fiers de vous soutenir. Votre immense culture vous permet des références toujours riches qui font œuvre pédagogique pour beaucoup.

Malgré des arbitrages souvent difficiles, voire négatifs, vous n’avez jamais renoncé, jamais abdiqué, jamais renié vos valeurs.

Aujourd’hui avec le cynisme qui le caractérise, le président Hollande vous demande de soutenir et même de porter un projet de révision constitutionnelle qui va à l’encontre de ces valeurs que vous avez si bien défendues.

L’opportunisme électoraliste du président est si évident qu’il n’échappe à personne : son seul objectif se résume à sa carrière personnelle à l’échéance de 2017 et qu’importent les moyens pourvu qu’ils le servent.

Reprendre à son compte une proposition de ses adversaires les plus farouches et vous demander de le présenter au vote des parlementaires ne grandit pas le président. Bien au contraire il ne fait que le couper davantage d’une partie de celles et ceux qui espéraient une césure nette entre gauche et droite.

Cette proposition heurte les démocrates, tant à gauche qu’à droite, et des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent pour demander le rejet du projet.

Chère Christiane Taubira,

Personne n’ose imaginer que lors du débat devant l’Assemblée Nationale et le Sénat, vous puissiez argumenter en faveur de telles forfaitures morales. Un scénario pourrait être que vous preniez alors la parole pour dire publiquement tout le mal que vous pensez de la modification envisagée.

Mais ce scénario qui certes serait inédit, aurait pour corollaire de dévaloriser encore davantage la fonction ministérielle qui n’en a réellement pas besoin vos collègues Macron, Le Drian, Pinel et quelques autres, s’évertuent chaque jour à la rendre impopulaire.

Chère Christiane Taubira,

Il vous reste une belle opportunité.

Parmi d’autres un trio de femmes, responsables politiques de premier plan, a fermement dénoncé l’attitude et le projet du président. Cécile Duflot, Anne Hidalgo, Nathalie Kosciusko-Morizet ont déclaré s’opposer de la façon la plus déterminée à cette réforme scandaleuse.

Chère Christiane Taubira, osez transformer ce trio en quatuor en prenant une grande et belle initiative. Lancez ensemble un appel solennel en ce sens. Osez dépasser les traditionnels clivages partidaires et appelez tous les démocrates à s’unir tant au Parlement qu’en dehors pour mettre ce projet en échec.

Proposez d’organiser en commun des grandes réunions publiques d’explications et de mobilisation pour démontrer l’inefficacité et la dangerosité du projet.

Chère Christiane Taubira,

Vous avez un rôle à tenir auquel nulle autre de saurait pourvoir.

Si vous ne le faites pas, personne ne le fera à votre place et vous serez alors comptable de ce qui adviendra.

Vous auriez dit en privé vos craintes de voir adopter cette modification constitutionnelle car, entre les mains de l’extrême-droite, nul ne peut exclure les pires dérives.

Face à vos craintes, que nous partageons en tous points, faites en sorte de nous rassurer en mettant tout en œuvre pour que de tels risques soient remisés aux oubliettes de l’histoire.

Chère Christiane Taubira,

C’est avec respect et aussi espoir que je vous suggère de prendre la tête de ce combat pour que la France n’abdique aucun terme de sa belle devise : liberté, égalité, fraternité.