Archives pour la catégorie Europe écologie – les Verts

Roland Garros : la FFT de plus en plus hors du match !

Le tribunal administratif de Paris a rendu aujourd’hui une décision historique concernant le projet de destruction du jardin des serres d’Auteuil par la Fédération française de Tennis.

Le Tribunal a donné droit aux héritiers de JC Formigé dénonçant l’atteinte à l’œuvre de leur ascendant qui a réalisé les superbes serres du Jardin.

Non seulement le tribunal reconnait que les serres que la FFT veut démolir ont été conçues comme un complément aux serres historiques mais de plus il souligne la violation manifeste du droit en matière de protection des sites classés.

Je me félicite de cette décision qui conforte le point de vue des associations et des éluEs écologistes qui demandent depuis des années qu’un projet alternatif soit étudié sérieusement.

L’entêtement de la FFT, le refus de prise en considération des nombreuses remarques sur le projet, la volonté de passer en force sont stoppés par cette décision.

Ce grand projet inutile et imposé vient s’ajouter à ceux de Notre Dame des Landes et du barrage de Sivens, et démontre qu’il n’est plus possible de mépriser les acteurs locaux et les défenseurs des biens communs.

Il est plus que temps que la FFT renonce à ce projet et accepte enfin le dialogue proposé par les associations et éluEs écologistes.

 

Déchéance ou résistance. Christiane Taubira peut et doit faire le choix de la victoire.

Chère Christiane Taubira,

Depuis l’élection de François Hollande, vous représentez au sein des Gouvernements, une des paroles fortes qui forcent le respect car vous y affirmez avec détermination vos valeurs profondément démocratiques, reposant sur une conception moderne de la justice, humaniste, novatrice et emprunte de la volonté de donner ou redonner à chacun et chacune une nouvelle chance.

Cette vision a suscité et suscite encore des réactions violentes à votre encontre, notamment de la part des conservateurs de droite et de gauche, et plus encore des ennemis d’une justice républicaine, je veux parler de l’extrême-droite et du FN.

A chaque attaque dont vous avez fait l’objet, vous avez su répondre avec la hauteur de pensée qui vous caractérise, sachant ne rien céder sur le fond, avec des mots qui nous rendaient fiers de vous soutenir. Votre immense culture vous permet des références toujours riches qui font œuvre pédagogique pour beaucoup.

Malgré des arbitrages souvent difficiles, voire négatifs, vous n’avez jamais renoncé, jamais abdiqué, jamais renié vos valeurs.

Aujourd’hui avec le cynisme qui le caractérise, le président Hollande vous demande de soutenir et même de porter un projet de révision constitutionnelle qui va à l’encontre de ces valeurs que vous avez si bien défendues.

L’opportunisme électoraliste du président est si évident qu’il n’échappe à personne : son seul objectif se résume à sa carrière personnelle à l’échéance de 2017 et qu’importent les moyens pourvu qu’ils le servent.

Reprendre à son compte une proposition de ses adversaires les plus farouches et vous demander de le présenter au vote des parlementaires ne grandit pas le président. Bien au contraire il ne fait que le couper davantage d’une partie de celles et ceux qui espéraient une césure nette entre gauche et droite.

Cette proposition heurte les démocrates, tant à gauche qu’à droite, et des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent pour demander le rejet du projet.

Chère Christiane Taubira,

Personne n’ose imaginer que lors du débat devant l’Assemblée Nationale et le Sénat, vous puissiez argumenter en faveur de telles forfaitures morales. Un scénario pourrait être que vous preniez alors la parole pour dire publiquement tout le mal que vous pensez de la modification envisagée.

Mais ce scénario qui certes serait inédit, aurait pour corollaire de dévaloriser encore davantage la fonction ministérielle qui n’en a réellement pas besoin vos collègues Macron, Le Drian, Pinel et quelques autres, s’évertuent chaque jour à la rendre impopulaire.

Chère Christiane Taubira,

Il vous reste une belle opportunité.

Parmi d’autres un trio de femmes, responsables politiques de premier plan, a fermement dénoncé l’attitude et le projet du président. Cécile Duflot, Anne Hidalgo, Nathalie Kosciusko-Morizet ont déclaré s’opposer de la façon la plus déterminée à cette réforme scandaleuse.

Chère Christiane Taubira, osez transformer ce trio en quatuor en prenant une grande et belle initiative. Lancez ensemble un appel solennel en ce sens. Osez dépasser les traditionnels clivages partidaires et appelez tous les démocrates à s’unir tant au Parlement qu’en dehors pour mettre ce projet en échec.

Proposez d’organiser en commun des grandes réunions publiques d’explications et de mobilisation pour démontrer l’inefficacité et la dangerosité du projet.

Chère Christiane Taubira,

Vous avez un rôle à tenir auquel nulle autre de saurait pourvoir.

Si vous ne le faites pas, personne ne le fera à votre place et vous serez alors comptable de ce qui adviendra.

Vous auriez dit en privé vos craintes de voir adopter cette modification constitutionnelle car, entre les mains de l’extrême-droite, nul ne peut exclure les pires dérives.

Face à vos craintes, que nous partageons en tous points, faites en sorte de nous rassurer en mettant tout en œuvre pour que de tels risques soient remisés aux oubliettes de l’histoire.

Chère Christiane Taubira,

C’est avec respect et aussi espoir que je vous suggère de prendre la tête de ce combat pour que la France n’abdique aucun terme de sa belle devise : liberté, égalité, fraternité.

 

 

 

Référendum du PS : une faute politique pour masquer son échec

L’annonce par JC Cambadélis d’un référendum à destination du « peuple de gauche » pour forcer une union de tous les partis en vue des élections régionales est une faute politique à plus d’un titre.

Tout d’abord décider seul de « convoquer » le peuple de gauche masque mal la conception hégémonique du PS qui se considère comme le seul parti légitime à parler au nom de ce peuple de gauche. S’il avait réellement eu l’intention de s’adresser au peuple de gauche, JC Cambadélis aurait du proposer à ses partenaires la co-organisation de ce scrutin.

En décidant seul cette opération, le PS oublie de tirer les leçons des référendum : on ne répond jamais à la question posée mais à une autre sous jacente.

De fait le PS tente une opération de soutien implicite à la politique du gouvernement à travers ce pseudo référendum. Personne n’est dupe et la simple participation à un tel scrutin vaudrait caution de la démarche.

En revanche, comme de nombreuses réactions l’ont montré, si le PS voulait réellement un référendum il pourrait l’organiser sur de nombreux thèmes : le droit de vote pour les résidents étrangers, l’arrêt de l’EPR, de Notre-Dame des Landes, la proportionnelle, etc.

Tout cela figurait dans le programme du PS pour les élections mais il semble que la capacité d’oubli de ses promesses ait atteint un niveau encore jamais égalé.

Il est clair que JC Cambadélis n’assume pas la défaite annoncée pour les élections régionales car il n’ose pas demander au peuple de gauche s’il est d’accord ou non avec le virage à droite du gouvernement Valls-Macron.

A ce stade je crois qu’il faut sauver le PS de la noyade, non pas en participant à cette opération aussi stupide qu’inutile, mais en lançant une grande souscription de financement participatif pour lui offrir une bouée de sauvetage.Bouée de sauvetage

 

 

 

Serres d’Auteuil : on ne lâche rien !

 

GRANDE BRADERIE DU PATRIMOINE

En soutien au Premier ministre, partisan de doter la France de grands aménagements

et équipements emblématiques pour soutenir la candidature française aux JO 2024,

 les associations de défense du Jardin Botanique des Serres d’Auteuil vous invitent

à  la vente aux enchères des plus beaux joyaux de notre patrimoine

 

Dimanche  7 juin à 14h30

3 avenue de la porte d’Auteuil, Paris XVIe

 A l’entrée du Jardin Botanique des Serres d’Auteuil

(Grilles d’honneur)

Métro porte d’Auteuil

Toute ressemblance avec des situations réelles serait non fortuite et totalement dépendante de la volonté de Matignon